Qu’est-ce qu’une crise d’angoisse ?

La crise d’angoisse (ou crise de panique) se caractérise par une peur très forte et incontrôlée chez la personne qui en est victime. Pour parler de crise d’angoisse, les médecins et les psychologues s’accordent pour dire qu’il faut au minimum que 4 des symptômes suivants soient survenus de façon brutale et avec un maximum d’intensité atteint en moins de dix minutes (DSM IV) :

Ces symptômes se manifestent ensemble et de façon brutale. La crise s’arrête ensuite au bout de quelques minutes mais peut durer jusqu’à 2 heures, laissant place à une sensation de soulagement mais aussi souvent à une fatigue intense.

La métaphore du Pop-Corn

Imaginez que vous êtes un gobelet à Pop-Corn! Oui oui, salé, sucré, grand, petit, comme vous voulez! Chacun à un seuil de vulnérabilité qui lui est propre. Il dépend de votre génétique et de votre éducation. Dans la vie, nous avons des facteurs de stress que nous appellerons « pop corn » (pour les rendre plus sympathiques…). Quand nous avons quelques pop-corns, tout va bien et cela peut même être stimulant. Mais quand les pop-corns s’accumulent et dépassent notre seuil de vulnérabilité, c’est à ce moment qu’une crise d’angoisse peut survenir ! C’est comme si notre corps nous envoyait une alerte « Hé !!!! Ca va pas non! Il faut se poser là, il y a trop de stress à gérer!!! »

On estime que 30 % de la population générale a déjà fait une attaque de panique. Cependant, tout le monde n’y réagit pas pareil et certaines personnes développent une anxiété anticipatoire, c’est-à-dire la peur de faire à nouveau des attaques de panique (1%).

C’est un moment violent et extrêmement difficile à vivre. Nous pouvons voir dans les symptômes la sensation d’une mort imminente ! Imaginez un peu! La bonne nouvelle c’est que cela indique que notre corps fonctionne bien et arrive à vous envoyer un message important « Il faut se poser! Cool Raoul ». C’est lorsqu’elle se répète que cela devient plus inquiétant et nécessite alors une prise en charge thérapeutique on parle alors de trouble panique.

Que puis-je faire ?

 

Deux solutions s’offrent à vous :

    1. Vous augmentez votre seuil de vulnérabilité, à l’aide de médicament (par exemple des anxiolytiques*) ou d’alcool. Mais cela ne sera qu’une aide temporaire et souvent illusoire. La répétition des crises sans prise en charge peut entrainer certains à prendre régulièrement des anxiolytiques ou un whisky bien tassé et, à terme, aggraver la situation.
    2. Vous pouvez identifier vos « pop-corns » et apprendre à diminuer ceux qui sont plus particulièrement déclencheurs de crises ! C’est à ce moment qu’un professionnel peut vous aider à l’aide de différentes approches thérapeutiques: sophrologie, hypnose, méditation, thérapie cognitivo-comportementale. Il n’y a pas une seule approche: il y a celle qui vous convient le mieux avec un thérapeute en qui vous avez confiance! 😉

Cette personne, vous aidera, par ces différents outils à mieux gérer votre anxiété. Cela vous aidera à surmonter ce moment difficile que vous êtes en train de vivre. Ces outils, vous pourrez aussi vous les approprier et ils feront partie de vous et vous aiderons toute votre vie.

* Plusieurs études épidémiologiques ont mis en évidence ces dernières années une augmentation du risque de développer une démence après des prises régulières de benzodiazépines (anxiolytiques).