LA VIE SECRETE DES HYPERSENSIBLES

« Rire, pleurer, crier, aimer, vivre bordel ! »

Si je vous dis hypersensibilité à quoi pensez-vous ? Quels sont les premiers mots, les premières images qui vous viennent à l’esprit pour décrire cet état… ?

Je décide de faire un test autour de moi et de poser clairement cette question : « c’est quoi pour toi une personne hypersensible ? » Et là, surprise, les réponses fusent « fragilité, faiblesse, handicap, personne qui s’écroule pour un rien, quelqu’un qui sur réagi, un pénible, ceux qui s’écoutent… »

Savez-vous que 15 à 20% de la population est hypersensible ?

Vous-même qui lisez ces lignes, peut être êtes-vous hypersensible…Ou alors peut être avez-vous un proche ou sûrement des personnes que vous côtoyez qui sont hypersensibles ou chez qui vous avez remarqué ces signes …

Et si je vous disais que l’hypersensibilité peut être un trait de caractère qui permet  grâce à cette « haute sensibilité » de conduire à une vie d’une richesse incommensurable,  à une vie faites de profondeur, d’empathie et d’un potentiel de perception à développer.

Je vous propose de vous raconter le monde secret des hypersensibles

L’hypersensibilité et l’hyperémotivité sont des termes que l’on entend souvent, la définition et les nuances ne sont donc pas si évidentes pour tous.

Et vous, faites-vous la différence ?

HYPERSENSIBLE #SENSITIVEFOREVER

Tout d’abord l’hypersensibilité n’est pas une pathologie, mais bien un trait de caractère. Elle peut être passagère (en lien avec un moment ou un événement particulier) et aussi permanente. Les hypersensibles sont des personnes qui ont leur 5 sens plus développés que la moyenne. Cette perception exacerbée du monde augmente leur perméabilité à tout ce qui les entoure et leur ressenti par rapport à cet environnement : un bruit, une caresse, une couleur, une saveur, une odeur, un ressenti…tout prend une dimension plus intense, une interprétation ou un scénario en lien avec un imaginaire débordant

Parfois cette extrême perméabilité peut être douloureuse, ou destructrice car les émotions sont exacerbées et l’imaginaire porte à développer de nombreux scénarios catastrophes (on se fait des films dans lesquels le pire est inventé et pensé comme réel ou probable…).

Cette hypersensibilité peut alors mener à une hyperémotivité. Si nous sommes plus sensible au monde qui nous entoure alors nos émotions peuvent être plus fortes aussi.

HYPEREMOTIF #EMOTIFFOREVER

Hyperémotifs anonymes bonjour ! Une personne hyperémotive va être enclin à des ascenseurs émotifs assez intenses. En une journée, elle peut ressentir de la joie en découvrant le soleil au réveil, puis lire un sms qui va lui procurer de la peur, un automobiliste va être agressif envers elle et bim elle sera en colère etc ..

Au contraire d’autres personnes pour lesquelles certaines situations désagréables vont durer quelques minutes, pour les hyperémotifs cela peut durer plusieurs heures, voir plusieurs jours. Avec des ruminations activées sur le « pourquoi » car l’envie de comprendre est très forte.

ARRET SUR PERSONNAGES

Et si nous prenions deux personnages bien opposés pour comprendre :

Je vous présente Ludivine qui est en « anesthésie émotionnelle ». Elle ne laisse rien paraître. Tout semble lui glisser dessus. Pour l’émouvoir il faut ramener un tractopelle de 10 tonnes de bébés chats ! Elle sourit, mais rien ne semble l’ébranler. On dit d’ailleurs d’elle « qu’elle est forte » !

Et puis juste ici, nous avons Jean-Michel (Mich Mich pour les intimes) qui lui est rempli d’émotions. Il a la larme facile, se met vite (voir même très vite) en colère et souvent rit aux éclats !

Mais alors pourquoi la gestion des émotions de Ludivine sera aujourd’hui dans notre société mieux comprise, acceptée et même valorisée que celle de Jean-Michel… ?

Eva Rode Coupeau ®

LA FORCE DU JUGEMENT / LE JUGEMENT DERNIER

Les mots sont déjà souvent connotés, sujets à interprétation et à induire un jugement. Imaginez si à la place du terme hypersensible, nous nommions cet état : haute sensibilité ou sensibilité élevée. Cela nous fait de suite penser à quelque chose de plus positif…On suppose une capacité ou une aptitude importante dans un domaine et non un excès de …

Le choix des mots a donc déjà une première influence sur notre vision de chaque chose.

Au-delà des mots le regard de la société par rapport à la sensibilité a aussi son importance et son influence sur notre jugement…Ainsi socialement, il n’est pas bon de montrer ses émotions. On nous apprend :

  • Ne soit pas en colère
  • Ne pleure pas en public !
  • Garde toujours ton sang froid
  • Soit fort(e) !
  • Les faibles se font bouffer !

Le système actuel est basé principalement sur l’intelligence mathématique et linguistique. Le monde des sens, du ressenti, de la perception et des émotions n’est pas ou très peu valorisé et n’est soumis à aucune crédibilité sociale et professionnelle …Pourtant… !

L’intelligence sensible et émotionnelle

Les chercheurs en neuroscience comme Damasio ou en psychologie comme Golman ont révolutionné ces idées en indiquant que la sensibilité et l’intelligence vont de pair et que l’intelligence du QI est basée sur l’intelligence mathématique et linguistique alors que la compréhension de soi, des autres et du monde sont basées sur la sensibilité. Etre sensible est mal vu dans notre société pourtant c’est une preuve d’intelligence et de richesse. Les cultures primitives, les peuples premiers ou toute forme d’organisation humaine qui vivent en harmonie et en connexion avec la nature, priorisent les sens et ces acuités (comme les Indiens Waorani qui vivent au cœur de l’Amazonie équatorienne).

[Je vous invite à regarder l’émission Rdv en Terre Inconnue qui met en avant cette intelligence émotionnelle et relationnelle]

Il existe donc différentes formes d’intelligence et de manière d’envisager ce que nous sommes…

Le  comportement qu’il est bon d’avoir est fortement induit et préconisé par notre société : On voudrait tout le temps être au top, avoir la pêche, être de bonne humeur, beau, jeune, performant… Une excitation permanente, la quête et la conquête d’une attitude maitrisée…au final nous nous auto-épuisons pour rentrer dans ce moule de perfection et rentrer dans ce schéma idéal…Nous avons pourtant des + et des – ! C’est juste normal…nous sommes faits ainsi (comme une pile avec ses deux polarités). Mais nous autorisons-nous vraiment à exprimer ces émotions sans peur d’être jugé et catégorisé ?

L’ASCENCEUR EMOTIONNEL

Arrêt 1er étage : Le spleen

Aujourd’hui le spleen, la mélancolie ne sont clairement plus à la mode ! Il faut être good vibes, être tout sourire, avoir la pêche, être optimiste ! C’est une vérité… Qui n’est pas la réalité ! C’est une norme… (Et mon dieu que c’est fatigant, non… ?). Tout comme la norme du « mince ». Il appartient donc à chacun d’accepter notre vulnérabilité et de montrer que l’on peut être une chouette personne avec nos rires et nos pleurs !

Après la pluie c’est le retour du soleil !

Pour apprécier le soleil il faut aussi des jours de pluie ! Je vous ramène à l’article « Et si j’étais tout le temps joyeux ? » qui nous offre cette éclairage pour apprendre à aimer autant nos moments joyeux que nos moments de tristesse et de remise en question.

L’ado anesthésie

Il peut y avoir une bascule au moment de l’adolescence pendant laquelle les émotions sont à vif cognitivement. C’est une des raisons de pourquoi les adolescents sont particulièrement fatigués car les émotions sont énergivores. Il est possible que face à des évènements émotionnellement fort, un ado mette en place de façon inconsciente un mécanisme de défense, une barrière, un bouclier ce qui va avoir pour conséquence d’éteindre ses émotions.

Do you remember … ?

Savez-vous que nos émotions ne sont pas là pour nous embêter, elles font parties de nous. Les émotions nous permettent de nous adapter à un environnement et de SURIVRE ! Il est donc bon de ressentir toutes ces émotions.

En revanche, nous sommes d’accord… personne n’a eu de cours sur les émotions. Adultes, nous ne savons pas ce que sait, à quoi ça sert et surtout … comment les maitriser !

A FLEUR DE PEAU

Lorsqu’on nous apprend à les repousser, à ne pas les ressentir « N’en fais pas trop stp ! »… cela les rend encore PLUS FORTES, les exacerbent et nous vivons un conflit intérieur qui est souvent le coupable de nos souffrances…

Eva Rode Coupeau®

Comment y faire face ?

Je vous entends derrière vos écrans… alors « comment faire ? ».. Malheureusement, il n’y a pas d’outils magiques ! Rollalala qu’est-ce que ça serait beau !

Il me semble que ce qui est important c’est déjà ce moment entre nous, maintenant…cet échange….ce partage de notions.

Et puis ensuite il y a VOUS, et la perception que vous désirez avoir maintenant de tout cela. Que vous soyez hypersensible ou non, ce que vous pensez et ressentez peut dès maintenant tout changer !

FAIRE DE VOTRE SENSIBILITE UNE FORCE !

« A nous deux sensibilité ! On va voir qui rira le dernier  »

Ce n’est pas parce que jusqu’à présent votre sensibilité vous a davantage pris d’énergie plutôt que donné des ailes ou qu’elle vous a plutôt même joué des tours dans votre vie, que cela ne peut pas changer aujourd’hui si vous le décidez !

Nous avons toujours ce choix de décider de ne rien changer ou au contraire de tout transformer !

L’intelligence émotionnelle peut vous permettre d’accomplir de grandes choses tant sur le plan de la réussite de votre vie affective que de votre vie professionnelle.

Etape 1 : Choisir d’accueillir ses sensations…ses perceptions…ses émotions…« oui, j’ai un pré-sentiment, oui j’ai peur, oui je suis en colère… ».

Etape 2 : Ne pas les juger pour peut-être mieux les comprendre « qu’est-ce que cette sensation veux venir me dire » ?

Etape 3 : Utiliser vos émotions pour passer à l’action et transformer la situation

GAGNER SES AILES

Etre à l’écoute de vos perceptions et les transformer en actions.

Pour cela il faut apprendre à bien se connaitre, comme identifier ce qui nous fait du bien et ce qui est fait pour nous. Par exemple cela peut être le sport, son rapport avec la nature, la méditation, la lecture, l’écriture, l’échange, la solitude, aider les autres, les habitudes, le changement, faire la sieste, prendre soin de soi, l’art…

Identifier précisément ce qui nous permet d’aller bien pour s’écarter des situations qui génèrent du stress et de l’anxiété.

Partez à la conquête et à la découverte de vous-même !

C’est d’abord à soi-même, donc à vous de vous comprendre. Ensuite dites-vous bien que ¼ de l’humanité est comme vous donc là encore il n’appartient qu’à vous de trouver les personnes qui apprécieront le regard que vous portez sur le monde.

Soyez fier de qui vous êtes !

LE KIFF DE LA PERCEPTION

Accepter vos moments heureux comme vos moments de questionnement ou de tristesse pour capter toutes vos sensations. S’imprégner d’un paysage, d’un moment entre amis et profiter de cette capacité infinie d’émerveillement dont vous êtes doté ! Nourrissez-vous de cette richesse et de votre aptitude à percevoir plus intensément.

BESSAME MUCHO

Et si vous aussi vous aviez un potentiel sensible incroyable à développer … ! Votre sensibilité élevée peut être un atout. Alors il est grand temps de prendre le temps de regarder en vous et pourquoi pas d’apprendre la vie plutôt que la survie. #Harmonie 

Pour aller plus loin :

  • Je pense trop, Comment canaliser ce mental envahissant, Christel Petitcollin
  • Trop intelligent pour être heureux, Jeanne Siaud-Facchin
  • Émotions, enquête et mode d’emploi – Tome 1 et 2, Art-Mella
  • Antonia Damasio
  • L’intelligence émotionnelle, Goleman
  • Le pouvoir de la vulnérabilité, Brenée Brown
  • Il n’est jamais trop tard pour éclore Broché, Catherine Taret
  • Ces gens qui ont peur d’avoir peur. Mieux comprendre l’hypersensibilité, Elaine N. Aron
  • La vie des indiens Waorani en Amazonie Equatorienne


Cet article a été rédigé par Mathilde Depaulis avec la collaboration d’Alexia Lamouret.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager ou à laisser un commentaire !


Site internet d’Eva Rode Coupeau

8 réponses
  1. MIGNERY Anne-Therese
    MIGNERY Anne-Therese says:

    Hello Mathilde
    Il est top cet article, bravo!
    Je l’imprime direct pour l’utiliser au cabinet, ça va être un support intéressant pour certains de mes patients 🙂
    À bientôt !

  2. MathildeDepaulis
    MathildeDepaulis says:

    Merci Anne-Thérèse pour ton commentaire 😀
    Au plaisir de savoir que cela peut aider.

  3. Nathalie
    Nathalie says:

    Je me retrouve tellement dans ce que tu décris, sensible depuis toujours, puis mes soucis de santé ont mis mes émotions à rude épreuve… J’avais beaucoup de difficultés à les maîtriser… Je ne me reconnaissais plus… Personne calme j’étais devenu en colère, triste j’avais peur. La sophrologie et la méditation m’a permis d’accepter, de canaliser, de prendre du recul, même si je reste très émotive.

  4. MathildeDepaulis
    MathildeDepaulis says:

    Merci beaucoup Nathalie pour ton retour. En effet, la sophrologie est un très bel outil pour aider à accueillir, comprendre et mieux canaliser ses sensations, ses émotions.

  5. Delphine
    Delphine says:

    Merci pour l’article. Je conseillerai également le roman « À fleur de peau » de Saverio Tomassella qui a vraiment permis d’apprendre à connaître cet aspect de moi et à ne plus le rejeter !

  6. MathildeDepaulis
    MathildeDepaulis says:

    Merci Delphine pour ton commentaire 😀
    Je ne connais pas ce livre. Je le rajoute à ma liste.

  7. Gaëlle
    Gaëlle says:

    Je me reconnais tellement ! J’aimerais envoyer cet article à tout mon entourage, qui me dirait, oui on sait déjà et alors !!!

  8. MathildeDepaulis
    MathildeDepaulis says:

    Bonjour Gaëlle, merci pour votre commentaire. Se comprendre, mettre des mots est déjà une bonne chose, mais en effet cela ne suffit pas. Etre compris par notre entourage n’a pas de prix. 😉

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.