Aujourd’hui je dis STOP aux ruminations et je passe à l’ACTION !

 

ET VOUS…cela vous arrive-t-il d’avoir tendance à être … une vache ?!

Cela ne se voit pas, ne fait pas de bruit, parfois nous n’en avons même pas vraiment conscience… mais les ruminations peuvent nous prendre une énergie folle…cela peut aussi nous rendre malheureux et nous parasiter littéralement notre existence.

Les ruminations sont ces phrases, ces images que l’on se repasse en boucle comme un disque rayé…comme l’herbe que mâche la vache…sans fin…

Elles sont négatives et c’est comme si on se repassait le même mauvais film en boucle ! Quelle idée !

« Mais pourquoi il/elle m’a dit ça? », « Si elle m’a dit ça, c’est peut-être que… », « de toute façon je suis une mauvaise personne » « S’il n’a pas aimé ma photo sur la publication c’est que… » « Si elle est toujours sur son téléphone c’est surement… » etc…

Il peut à TOUS nous arriver de RUMINER

Je rumine, tu rumines, nous ruminons, dans son livre Bernard Anselme, Médecin chercheur en Neuropsychologie explique qu’en définitif il peut nous arriver à tous, de RUMINER !

Nous avons bien TOUS déjà eu au moins une fois ce type de pensées parasites qui viennent nous gâcher un moment, une journée ou bien parfois même l’existence…

Ce qui va faire la différence, c’est l’importance et le degré que ces ruminations peuvent avoir sur nos vies. Cet impact est variable en fonction de chacun de nous, et parfois même peut fluctuer en fonction des périodes de nos vies…

S’il est certain que nous pouvons tous avoir plus ou moins une tendance à la rumination, il est tout aussi sûr que nous pouvons apprendre à les repérer, à comprendre comment les faire taire et être accompagné pour avoir un regard différent sur ce qui est en nous et sur ce qui nous entoure.

Etes-vous prêt à aller plus loin pour vous libérer chacun à votre manière, vivre pleinement et devenir ACTEUR DE VOTRE VIE ?

 

Etape 1 : Identifier nos ruminations et prendre conscience qu’elles nous gâchent la vie

En décortiquant le phénomène et les mécanismes de la rumination, on apprend aussi à distinguer la rumination des doutes, de l’inquiétude, ou des regrets. La rumination se caractérise par des pensées négatives, répétitives et par l’absence d’action et de solution à mettre en œuvre.

Les ruminations sont une sorte de prison mentale qui nous enferme dans un cercle vicieux régit par des pensées improductives qui nous font souffrir.

Etape 2 : Silence, Stop, Action !

Je dis STOP

Une fois que l’on a pris conscience que cela faisait 20 minutes que l’on ruminait sur « pourquoi je n’ai pas répondu cela à telle personne ». Je passe sans transition à l’étape suivante : « STOP rumination ».

Les ruminations ne nous apportent rien de bon. Elles créent des cercles vicieux :

Je pense des choses négatives, cela crée de la tristesse, de la colère etc…je me renferme, je perds confiance en moi ou cela renforce le fait que je suis une mauvaise personne etc…

L’idée est donc de les stopper pour se protéger ! Le meilleur outil est de se dire « Chut », « Stop » ou même « Ta gueule » si cela peut vous soulager…!

Si vous êtes tout seul, dites-le vous à voix haute ça aura encore plus d’impact!

La clé ici à capter est que vous soyez ACTIF par rapport à vos ruminations et non plus PASSIF !

N’attendez plus 1, 2, 3 GO, je passe à l’ACTION 

L’étape suivante qui est importante est donc d’être ACTIF.

L’objectif est de ne pas rester dans vos pensées négatives !

Passer à l’action oui mais concrètement comment…?

 

To do list pour passer à l’Action :

Prendre de la hauteur, le pourquoi ou le comment ? 

Le premier exercice que je propose à mes patients est d’observer s’ils ruminent davantage en pourquoi ou en comment ?

Prenons un exemple : je dois me rendre à un rdv très important et ma voiture ne démarre pas.

Deux réactions différentes face à cette situation :

  • « Pourquoi moi ? » « Pourquoi aujourd’hui ? ».

–> Je renforce ainsi mon angoisse, mon stress et la difficulté de cette situation = ici, je reste PASSIF

  • « Comment je vais pouvoir m’y rendre? » « Comment ça se fait qu’elle ne démarre pas? »

–> Je garde mon stress, mais je cherche une solution = ici je suis ACTIF

Rien que le fait de se poser la question, de savoir si on pense en pourquoi ou en comment est un premier pas car il nous permet après les avoir identifié, d’observer nos ruminations, de prendre de la hauteur et de s’en « décrocher ».

 

Ne pas rester seul

Les ruminations s’activent aussi fortement dans les moments ou les lieux où nous sommes seuls : la voiture, les toilettes, la vaisselle, pendant une marche …

Les personnes seules ont tendance à davantage ruminer car elles ne peuvent évacuer leurs pensées. Entourez-vous, parlez, échangez et si cela est difficile, je vous invite à « évacuer » d’une autre manière : écrire, vous enregistrer, etc … Un des outils du bien-être est de pouvoir se raconter, on le sous-estime souvent !

source Mathilde Depaulis, Gaztelugatxe – Espagne

 

Vivre le moment présent, le pouvoir du positif sur le négatif

Un excellent moyen de sortir de ses propres schémas et de ses peurs est de VIVRE et SE FAIRE DU BIEN ! Vivre au sens de faire rentrer du positif comme : être présent au moment, penser à des situations ou des images agréables. Se faire du bien au sens de faire des choses ou des activités qui nous font plaisir, avoir une vie sociale, rire, dédramatiser la situation, boire un thé dans un joli lieu, écouter de la musique, sentir des odeurs qui nous évoquent des sentiments positifs, bouger, faire du sport, mener une vie saine et manger vitaminé, mettre de la couleur dans sa garde-robe et dans sa vie, partir pour un WE…Parfois rien que le fait de s’éloigner physiquement pour casser ses habitudes, fait un bien fou !

 

Un zeste de douceur à soi-même .. « j’aime bien mes ruminations »

A certain moment, on peut avoir envie de garder ses ruminations, comme un « doudou ». On sait qu’elles nous font du mal, mais on aime bien ressasser quelque chose du passé. Comme une forme de nostalgie, de mélancolie. D’après Nietzsche, ruminer est un art délicat qui peut aussi être une vertu. Parce que ruminer c’est aussi remâcher, répéter, reprendre, revenir à….Et donc se laisser la possibilité de découvrir quelque chose que l’on n’avait pas vu la 1ère fois…

Il peut être intéressant de se noter les avantages et les inconvénients de ces ruminations et de faire un « deal » avec soi-même. « Je sais ce qu’elles m’apportent, là je suis ok pour ruminer et ensuite je les bloque, je passe à l’action et je sais comment. »

 

Love & Ocytocine Power

Nous vivons aujourd’hui, TOUS, de plus en plus dans ces schémas de pensées d’analyse, de ce que nous avons vécu et de ce que nous pourrions vivre…que ce soit à l’échelle individuelle, mais aussi à l’échelle d’un groupe de personnes comme une famille, une entreprise, une école ou même une nation…

Ce fonctionnement de ruminations à plusieurs nous entraînent, se multiplient, s’amplifient. Cette manière de fonctionner peut poser question de manière beaucoup plus importante que nous le pensons.

Cela peut jouer un rôle dans nos choix de vie, dans la politique d’une entreprise ou d’un pays. Cela influe sur notre capital bonheur à chacun, mais aussi peut même impacter le Potentiel National au Bonheur d’un pays…

Cela nous ouvre alors à une autre réflexion mais aussi à une formidable SOLUTION pour échapper à l’emprisonnement mental des ruminations individuelles et collectives.

Remettre au centre de tout le pouvoir de l’humain, le pouvoir de l’aventure de partager et d’aimer qui ouvre la porte à d’autres possibles. Parfois un grand câlin, un geste de bienveillance, de la générosité, du respect, des choses simples rappellent que toutes les solutions sont clairement en nous individuellement et collectivement. Les signes les uns envers les autres nous font libérer des ocytocines, boostent notre énergie, notre envie et restaurent l’image de soi.

Et si nous commencions par-là ici et maintenant ensemble…en se partageant très simplement nos faiblesses, nos problématiques et nos solutions pour mieux s’entraider et être acteur de nos vies.

 

Et toi c’est quoi ta rumination ?

 

Et toi c’est quoi ta solution ?


Cet article a été rédigé par Mathilde Depaulis avec la collaboration d’Alexia Lamouret.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager ou à laisser un commentaire !

Références pour aller plus loin

  • « Je rumine, tu rumines, nous ruminons », livre de Bernard ANSELME
  • Ruminer ou réfléchir …Daniel KAHNEMAN, Système 1 système 2, les deux vitesses de la pensée, Flammarion 2012
  • « Savez-vous ruminer comme il faut ? » Podcast France Inter
  • Le Film UN+UNE de Claude LELOUCHE Tenter l’aventure du dépassement le pouvoir de l’amour

 

Source photo « mise en avant »: www.entrepreneur.com

1 réponse
  1. Christina
    Christina says:

    Très chouette article et bien utile pour identifier ces ruminations qui peuvent nous empêcher d’avancer ! Merci et au plaisir de trouver d’autres tuyaux

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.